Thomas Cheneseau poursuit un travail de partage avec les communautés artistiques 2.0. C’est avec ses détournements du réseau social Facebook, via son profil personnel, qu’il commence son œuvre en produisant des séries de screenshots (images et vidéos) et des activités performatives en ligne. En 2011 pendant le Festival « Futur en Seine » de Paris, il se fait remarquer en créant et commercialisant le profil Facebook de Marcel Duchamp. Les recherches de ce jeune artiste, débutées en École d’art et poursuivies avec des enseignants chercheurs comme Jean-Louis Boissier en post-diplôme à l’ENSAD, puis Maurice Benayoun avec le projet IN/OUT du laboratoire CITU, se concrétisent par des projets ambitieux. Il assure le premier commissariat et le lancement du projet « Spamm » en 2011, ainsi qu’un commissariat pour les Trans-numériques à Bruxelles en 2012. Il a notamment présenté son travail lors de conférences à la Virginia Commonwealth University (US), à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris (FR), à l’Institute of Network Cultures d’Amsterdam (NL), à La Fabrique de Théâtre en Province de Hainaut (BE), à la Gaité Lyrique Paris (FR), et participé à de nombreuses expositions comme : « Images Révélées » au Musée Sainte-Croix de Poitiers (FR), le « Pavillon Internet » de la Biennale de Venise (IT), « DVD Dead Drop » au Museum of Moving Image de New York (US), « Regards d’artistes sur les médias sociaux » à Cap Sciences Bordeaux (FR), « Digital Texture » à la Nomade Gallery de Hangzhou (CH), « Newpressionism » à l’Institut Suisse de Milan (IT), « Webplayers » au PODFEST festival de Rio de Janeiro (BR), Festival GLI.TC/H de Chicago (US).