Né en 1968, vit et travaille à Châteauroux. C’est d’abord comme un habile ingénieur de machines ludiques que Fabrice Cotinat subvertit les mécanismes de production et de réception de l’image en général et de l’oeuvre d’art en particulier. Diplômé de l’ENSA de Bourges, plusieurs projets de résidence l’ont amené construire divers projets en Europe et en Asie. Il a participé au développement de l’association Bandits-Mages à Bourges et de son festival multimédia entre 1992 et 2002. Il crée en 1999 un collectif castelroussin avec David Legrand et Henrique Martins Duarte: La galerie du cartable, dans laquelle il investit la création audiovisuelle par le biais du cartable-vidéo – espace de projection et de création nomade – et la pratique d’un cinéma d’invention dont l’originalité s’appuie sur des dispositifs low-tech de prises de vue et des mises en scène contraintes par des architectures bricolées. Il est tour à tour réalisateur de films, acteur et/ou scénariste. Les Dialogues fictifs (2001-2008) réalisés par le collectif mettent en scène des conversations entre artistes, cinéastes ou écrivains d’époques différentes : duos improbables ou achroniques entre les fantômes de Léonard de Vinci et Nicolas Poussin, Albrecht Dürer et Joseph Beuys, Pier Paolo Pasolini et Andy Warhol ou encore Roland Barthes et Marguerite Duras. Ces « dialogues des morts » inspirés du livre de Fénelon composé entre 1692 et 1695, collisions verbales, formelles et visuelles, génèrent des collaborations bien vivantes avec de nombreux artistes, vidéastes et cinéastes. Michel Aubry, Françoise Cardon, Joseph Morder, Boris Lehmann, Alain Cavalier, Marie Losier…Pour l’une ou l’autre de ses activités, on retrouve chez Fabrice Cotinat un lien entre l’homo faber (l’homme qui fabrique) et l’homo ludens (l’homme qui joue), dualité forgée par un sens aigu du télescopage, un positionnement critique, voire politique, sur l’art et la représentation. En 2007, il crée Châteauroux Underground (Association loi 1901) pour le développement et la promotion d’un art collectif. Il est intervenu entre 2009 jusqu’à 2013 en milieu carcéral pour concrétiser un projet d’on le but était de recréer du lien social dans un lieu de privation de liberté. Il a réalisé un studio de télévision expérimental ainsi qu’un canal dans cette optique. Pendant 5 ans, il a dirigé la production des films et le programme télévisuel quotidien pour le canal interne de la prison. Il enseigne aujourd’hui la vidéo à l’école nationale des beaux arts de Limoges. Ses œuvres sont collectionnées en France dans des FRAC et à l’étranger dans des collections privées. Depuis un an, il travail en duo avec Yu-Ting SU. Les réalisations artistiques en cours, pensées et crées en commun, sont des films expérimentaux qui résultent de la combinaison de divers procédés et compétences maitrisées comme la photographie, le dessin, la robotique, l’animation, la sculpture et la performance. Leur fabrique d’images questionne le sens avec toujours cette volonté de convoquer la parole, le langage, la transmission des idées, les formes et la poésie. À travers une pensée et des expériences qui réconcilient le numérique et l’analogique.

À DÉCOUVRIR DANS LA COLLECTION ART NOUVEAUX MÉDIAS